Bien choisir ses matières grasses

Aujourd’hui Claire retrouve ses amies pour un petit goûter entre copines. Chacune d’entre elles a préparé un encas : cocktail de fruits, biscuits, tartelettes. Alors que Sylvie propose des tartes dont la pâte est à l’huile d’olive, Cathy est fière de présenter des moelleux au chocolat à base de margarine. Sandrine elle, ne jure par le beurre et n’est pas emballée par ces nouvelles recettes.

Qui a tort, qui a raison, voici ce qu’il faut savoir sur les matières grasses.

-> Le beurre :

Le beurre et la crème sont issus de l’animal. Par conséquent ces matières grasses contiennent du cholestérol contrairement aux matières grasses végétales. Pour autant, ils ne sont pas à bannir de l’alimentation des personnes en bonne santé, tout d’abord parce que le cholestérol alimentaire n’intervient que très peu sur le cholestérol sanguin (notre organisme fabrique le reste), ensuite parce que le beurre est riche en vitamine A, indispensable pour le développement de la vision et la qualité de la peau : 10g de beurre par jour nous apporte 20% de nos besoins en vitamine A.

-> Les huiles :

Toutes les huiles sont composées de 100% de lipides et apportent donc 90kcal pour 10g d’huile. Seule la composition qualitative de ces huiles diffère : il s’agit des acides gras qui ne sont pas les mêmes dans les matières premières à partir desquelles on fabrique les huiles. A titre d’exemple : les huiles d’olive ou d’arachide sont riches en oméga 9, les huiles de tournesol ou de carthame sont riches en oméga 6 et les huile de lin, cameline ou noix sont riches en oméga 3.

Alors que certaines huiles peuvent être chauffées à très haute température (pour des fritures par exemple), d’autres ne doivent surtout pas être cuites car leurs composants deviennent toxiques sous l’action de la chaleur. Celles-ci étant fragiles elles doivent être stockées à l’abri de la lumière et de la chaleur et consommées rapidement. Il s‘agit des huiles riches en oméga 3.

 

-> La margarine :

Par « margarine » on entend « matière grasse composée de moins de 3% de matière grasse d’origine animale ». Le reste, étant donc de la matière grasse végétale et de l’eau. Les moins connaisseurs se ruent sur ces produits sans regarder la composition et c’est bien là le problème car on peut trouver de tout et n’importe quoi. 

 

A commencer par de l’huile de palme ou de coprah car celles-ci permettent de donner sa consistance solide à la margarine. Cette propriété étant dûe à leur composition : il s’agit de graisses hydrogénées, mauvaises pour la santé. On trouve également de nombreux agents de texture ou de conservation et même des colorants et des arômes : autant de produits chimiques qui n’ont aucune valeur nutritionnelle et qui encombrent notre foie en vue de l’élimination de ces produits indésirables.

Quelques conseils pour choisir sa margarine : bien lire la composition et la choisir 100% végétale, sans huile de palme ou de coprah et sans agents chimiques. Opter pour des graisses non hydrogénées (à l’inverse, les graisses hydrogénées ont été saturées en hydrogène par des procédés techniques ou chimiques et sont nocives pour notre organisme).

En conclusion : 

Avec ses arguments, Claire a mis tout le monde d’accord : pour une personne en bonne santé, mieux vaut des apports variés : un peu de beurre cru au petit déjeuner, des huiles variées pour la cuisson et l’assaisonnement et pourquoi pas une pâtisserie plus légère à base de margarine 100% végétale et non hydrogénée.

Pour savoir comment choisir vos matières grasses pendant un régime ou suivant une pathologie, contactez-moi !

 

Avril 2013 © Lauriane Fromonot