Le régime sans gluten

Depuis plusieurs mois, Maxime, 7 ans, est épuisé et souffre de mal de ventre chronique.
Depuis la rentrée, rien ne s’arrange.
 
Claire a donc consulté un médecin pour son fils et après quelques semaines de recherche, le verdict est tombé : Maxime souffre de la maladie cœliaque : l’intolérance au gluten.
 
Aïe aïe, ça va demander du changement tout ça !
 
Après s’être bien renseignée auprès de son médecin et de sa diététicienne, voici ce que Claire a retenu :
 
 
-> Le gluten c’est quoi ?
 
Une fraction protéique présente dans le blé et de nombreuses autres céréales.
 
 
-> Et la maladie cœliaque ?
 
Il s’agit d’une maladie auto-immune qui provoque une réaction dès l’ingestion de gluten : les anticorps créés vont s’attaquer à la paroi de l’intestin grêle en la détruisant.
 
Il en résulte une réduction de l’absorption des nutriments, vitamines et minéraux.
Les conséquences sont dont multiples et propres à chaque individu parmi lesquelles on retrouve :
 
- Carences en nutriments, vitamines et minéraux, ostéoporose
- Amaigrissement
- Troubles digestifs : diarrhées, constipation, ballonnements, reflux
- Fatigue, irritabilité, nervosité, excitabilité, hyperactivité
- Infections diverses : dermatologique, stomatique, articulaires, troubles de la fécondité…
 
 
-> Alors le gluten, où le trouve-t-on ?
 
- Dans certaines céréales brutes : le blé et sa famille (épeautre, kamut, boulghour), l’orge, l’avoine et le seigle.
- Dans tous leurs produits dérivés : farines, semoule, fécule, pâtes, pains, crème, jus
- Les produits sucrés : pâtisseries, viennoiseries, gâteaux et les biscuits salés (apéritifs notamment)
- Quiches, pizzas, tartes, friands, pâtés en croûte, poisson panés
- Les plats préparés industriels (composant principal ou agent de texture : dextrose, amidon…)
Il y en a également dans certains médicaments.
 
 
-> Du coup, qu’est-ce qu’il peut manger maintenant Maxime ?
 
- Les céréales qui n’en contiennent pas : riz, maïs, quinoa, sarrasin, millet ainsi que leurs produits dérivés (pains, farines, pâtes, semoule, crème, jus…)
- Châtaigne, sorgho, pomme de terre, manioc, igname, soja et tous les légumes secs.
 
              
 
 
-> En pratique, ça se passe comment ?
 
Comme Claire cuisine beaucoup, elle n’est pas trop inquiète pour ce qui est des repas à la maison.
 
En revanche, les sorties s’avèrent beaucoup plus compliquées :
Attention aux sorties au restaurant, invitations ou dîners entre amis.
 
Pour Maxime, le passage à la cantine va être délicat : Claire doit s’informer s’il existe dans son école un protocole pour des repas sans gluten. Elaborés à l’aide d’une diététicienne ou directement par l’équipe de cuisine.
 
 
-> Enfin, quelques conseils :
 
- Le « fait-maison » trouve ici toute son importance : en maîtrisant la composition de ses plats, Claire ne risque pas de servir du gluten à Maxime par erreur.
 
- Pour le reste, il est primordial qu’elle apprenne à déchiffrer les étiquettes de tous les produits achetés dans le commerce et que cela devienne un réflexe absolu.
 
Pensez à reconnaître le symbol du brin de blé barré qui permet d'identifier les produits sans gluten. 
 
- Enfin, puisque son fils est encore jeune, il est essentiel que Claire le sensibilise et le responsabilise dans sa maladie. Accepter un goûter proposé par un camarade ou piquer le pain de son voisin de table ferait aussitôt réapparaître ses symptômes et annulerait tous les efforts fournis en amont.
 
Pour plus d'informations ou des idées de menus, n'hésitez pas à me contacter.
En attendant et pour être au courant de toutes les news, pensez à la page facebook: www.facebook.com/Toulousediet

 

 

Novembre 2012 © Lauriane Fromonot